Réduire le stress avec l'hypnose | Clinique Em Bien-ÊtreClinique Em Bien-Être
Depressed man suffering from insomnia lying in bed
Améliorer le sommeil avec l’hypnose
September 12, 2016
hypnose pour la douleur chronique
Gestion de la douleur chronique avec l’hypnose
October 12, 2016
Show all

Réduire le stress avec l’hypnose

Gestion du stress

Il y a des milliers d’années lorsque l’Homme vivait dans les bois, le stress était là pour nous protéger et pour assurer notre survie.   Si un danger se présentait, il nous préparait soit à fuir, à combattre ou à figer. C’était très bien dans la jungle il y a des milliers d’années, que notre cerveau nous pousse à courir à la rencontre d’un lion. Par contre, aujourd’hui, c’est moins intéressant et même embarrassant d’avoir envie de prendre ses jambes à son cou lors d’une entrevue d’embauche… Même si le danger n’existe plus, le corps ne s’est pas encore adapté à la vie actuelle et ces anciennes programmations peuvent parfois être gênantes! L’hypnose peut vous aider à modifier votre perception de certains évènements, pour avoir un comportement plus adéquat.

Avec les responsabilités de la famille, les demandes constantes, le travail, les sports et les comptes qui n’arrêtent pas de rentrer, le stress fait partie de notre vie et souvent, on voit difficilement la lumière au bout du tunnel. Plusieurs personnes pour ne pas dire la majorité des gens vivent du stress au quotidien.   73% des Canadiens disent vivre du stress au travail selon une étude faite par statistique Canada en 2010. La société, notre mode vie, nous pousse à performer dans toutes les sphères de notre vie.   Le stress, à la base, est un état naturel qui fait partie de nos vies. Par contre, pour certains, trop de stress peut mener à des problèmes physiques et psychologique1. Il est possible de réduire les symptômes du stress, en modifiant notre mode de vie et par différents types de relaxation comme le yoga, la méditation et bien sûr, l’hypnose. De nombreuses études ont été publiées sur le sujet de l’effet de l’hypnose sur le stress et l’anxiété. Je vous partage une de ces études.

 

 

En 1996, dans « the Psychosomatic Medicine Report2 », a fait une recherche au sujet du stress, de l’anxiété et l’hypnose. La recherche a eu lieu sur 19 semaines afin de déterminer l’efficacité de l’hypnose pour réduire le stress sur 35 étudiants en médecine. 21 étudiants ont utilisé l’hypnose régulièrement durant 19 semaines et 14 étudiants ne l’ont pas utilisé. Tous les étudiants tenaient un journal ou ils inscrivaient leurs états d’âme, leurs habitudes de sommeil, de relaxation et de leurs symptômes physiques. Le résultat est intéressant : les 21 étudiants qui ont utilisé l’hypnose ont rapporté une baisse significative de l’anxiété et de l’angoisse, par rapport à ceux qui ne l’ont pas utilisé.

 

 

Comment ça fonctionne?

 

 

Tout d’abord, pour utiliser l’hypnose, il faut vouloir accéder à cet état. Selon les statistiques, 95 % des gens qui veulent expérimenter l’état d’hypnose y arrivent, donc la balle est dans votre camp. L’hypnose est un état naturel que vous traversez plusieurs fois par jour. Par exemple, lorsque vous conduisez et que vous manquez un petit bout, lorsque vous regardez un film et que l’environnement autour n’existe plus, que vous êtes absorbé par le film. L’hypnose est un état d’hyperconcentration, un état qui permet de plonger à l’intérieur de soi. Lors de la première rencontre, l’hypnothérapeute discutera avec vous afin de mieux vous connaître et identifier avec vous la ou les sources de votre stress. Le travail, les occupations familiales, une présentation, les études, un examen, une entrevue, une relation amoureuse, sont toutes des situations qui peuvent créer du stress.   Ce stress est parfois ressenti dans une partie du corps, que ce soit au niveau du ventre, de l’estomac ou des épaules par exemple. Il pourrait être facile en hypnose, d’enlever ce ressenti, mais, il se déplacera ailleurs, puisque ce n’est qu’un symptôme du stress.   Par contre, le client peut observer, au cours du traitement hypnotique, la modification de sa relation avec le stress, par la diminution des ressenties désagréables.

Il y a différentes alternatives pour diminuer les symptômes du stress avec l’hypnose et l’une des façons est de pratiquer l’autohypnose. Il est possible d’apprendre une technique d’autohypose qui vous permettra de détendre tout votre corps et ainsi relâcher des tensions qui peuvent nuire à votre quotidien. L’autohypnose est un outil très intéressant à exercer quotidiennement, pour de meilleurs résultats. L’autohypnose est l’accessoire prédestiné pour être en mesure de diminuer le stress, les maux de tête, les douleurs chroniques.   Vous pouvez amener votre corps à se relaxer profondément, relâcher les tensions et détendre les muscles, diminuer le rythme cardiaque et le maintenir à un état plus calme ou bien remplacer la respiration courte par une respiration profonde abdominale avec l’autohypnose. C’est un peu comme si vous vous faisiez un massage, mais avec la pensée.

 

En accédant à votre partie inconsciente, vous pouvez passer par dessus les aspects négatifs constatés par le conscient. Vous avez accès à l’imagination et à la créativité pour explorer et créer des solutions. L’hypnose est un état d’hyperconcentration qui permet d’accéder à des ressources qui sont parfois négligées en état de conscience. Bien sûr, si vous êtes très stressé, anxieux, vous avez peut-être de la difficulté d’imaginer d’être capable de vous détendre suffisamment pour gérer votre stress et diminuer l’anxiété. Vous serez surpris à quel point l’état d’hypnose peut vous relaxer. En étant relaxé et calme, vous améliorez votre confiance en vos capacités pour résoudre les causes de votre anxiété. Osez utiliser votre inconscient pour vous aider à diminuer le stress, c’est un allié précieux qui travaillera en arrière-scène et qui fera toute la différence.

 

CLIQUEZ ICI POUR PRENDRE RENDEZ-VOUS

 

  1. Il est important de consulter un professionnel de la santé si vous souffrez d’anxiété et de crise de panique.
  2. The Psychosomatic Medicine Report May/June 1996- Volume 58 – Issue 3 – pp 249-263